Espace membre : Ouvrir une session
Accueil > Actualités > Journée De Restitution De Projets De Sous-traitance Industrielle Dans La Filière Automobile

Journée De Restitution De Projets De Sous-traitance Industrielle Dans La Filière Automobile

Le Ministère de l’Industrie, des PME et de la Promotion des Investissements (MIPMEPI) a tracé une ambitieuse politique de redressement industriel et technologique déclinée territorialement et par filière. La démarche vise notamment à aboutir à une augmentation de la production industrielle au niveau local selon les avantages concurrentiels de chaque territoire.

La création de pôles industriels dans la filière mécanique (automobile et machinisme agricole) et des activités de support et de logistique, constitue la première manifestation concrète de ce plan avec ses différents principes (ancrage territorial, innovation, intégration nationale, investissement, emplois…).

Toute l’approche est basée sur la satisfaction du marché avec des produits compétitifs et une technologie répondant aux derniers standards internationaux. A cet effet, des partenariats ont été signés pour la création de sociétés mixtes avec des leaders mondiaux tels que :

  • Daimler-Benz avec une usine à Rouiba pour la production de 16.500 véhicules/an (15.000 camions, 1.000 autobus et 500 minibus), une deuxième usine à Tiaret pour la fabrication d’environ 10.000 véhicules tout terrain et véhicules légers utilitaires, et une troisième usine à Constantine devant produire 26.000 moteurs à refroidissement à eau destinés à motoriser notamment les véhicules industriels, les engins agricoles et engins de travaux publics ;
  • Renault avec une usine à Oued Tlélat (Oran) pour la production de la Symbol avec un volume de production initial de 25 000 véhicules/an qui sera porté, dans une deuxième phase, à 75.000 véhicules/an ;
  • Sempo dont l’usine de production de moissonneuses batteuses, créée en 2010 et implantée à Sidi Bel Abbès, va voir sa production portée à 1.000 unités/an et
  • Massey-Ferguson dont l’unité de Constantine aura une capacité initiale de 3.500 tracteurs/an, qui sera portée à une production annuelle de 5.000 engins dans cinq ans.

Autour de ces complexes industriels, il est prévu d’encourager de nombreuses PME spécialisées dans la fabrication de pièces de rechange et autres composants entrant dans la fabrication de ces différents véhicules.

Cette activité permettra d’en améliorer le taux d’intégration à l’instar de ce qui a été réalisé au sein de ces mêmes complexes dans un passé récent.

Ce processus a déjà été entamé avec les experts de Renault au niveau des sous-traitants potentiels locaux et se poursuivra au cours des prochaines années.

C’est dans ce même cadre qu’a été lancée la restructuration d’EMO Oued Hamimime à Constantine. Elle sera dédiée à la production de 26.000 moteurs à refroidissement à eau de marque Mercedes-Benz, Deutz et MTU à l’intention des véhicules industriels, des engins agricoles et des engins de travaux publics.

Les centres de formation ont été mis à contribution dans le cadre d’une approche intégrée afin de mettre en œuvre un programme spécifique dans les techniques de fabrication.

Les équipes mixtes Renault, SNVI et FNI travaillent à l’identification des programmes de formation avec notamment le centre de formation d’Oued Tlélat qui sera dédié aux métiers de l’automobile.

Ces initiatives constituent la première matérialisation du concept de redressement industriel qui a retenu l’intégration industrielle comme un des principes clés de sa mise en œuvre.

Les perspectives de développement du marché de la sous-traitance en Algérie existent. Toutes les conditions d’émergence et de développement de cette activité sont réunies et se retrouvent dans la satisfaction des besoins des grands donneurs d’ordres nationaux.

En effet, l’Etat a approuvé des enveloppes financières très importantes pour la relance des fleurons nationaux et leur développement sur des bases saines afin de mieux répondre aux besoins du consommateur et du citoyen algérien.

La rentabilité économique et la faisabilité technique de la pièce de rechange par la sous-traitance sont très accessibles à leur intégration nationale et sont conditionnées par :

  • Un outil de production performant : équipements bien choisis, bien exploités et bien maintenus ;
  • Un personnel qualifié : sélection et formation adéquates du personnel d’exploitation et de maintenance ;
  • Des approvisionnements réguliers en matières premières et outillage.

Toutes ces conditions sont aujourd’hui réunies.

Le MIPMEPI a, à cet effet, lancé un important programme pour la promotion de la sous-traitance.

La constitution d’une banque de données des projets de sous-traitance représente l’un des principaux axes de ce programme.

Le PME II a réalisé, en collaboration avec la SNVI, trois études pilotes afin de tester ce concept dans une perspective de généralisation.

Ces études pilotes portent sur :

  • La fabrication de Ressorts à Lames et à Boudins pour la suspension des Véhicules ;
  • La fabrication de pièces de décolletage pour l’Industrie automobile ;
  • La fabrication d’articles en caoutchouc pour automobiles.
  • PME II a par ailleurs, identifié une vingtaine de projets de sous-traitance sur la base des besoins exprimés par les principaux donneurs d’ordres (SNVI, ENMTP, SONELGAZ, SONATRACH, LAFARGE, CONDOR …).

Chaque projet a fait l’objet d’une fiche détaillée qui servira de base pour la réalisation d’une étude plus approfondie au plan de sa faisabilité technique et financière.

Cette journée vise à informer les donneurs d’ordres, les sous-traitants et les investisseurs potentiels dans le secteur des composants automobiles sur les différentes opportunités offertes dans ce domaine.


Bulletin de confirmation
[Obligatoire] :
  •  
  •  
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :
[Obligatoire] :

envoyer l'article par mail envoyer par mail